Les Grandes Heures de Garabandal

N° spécial Décembre 1990

Le village de San Sebastian de Garabandal, dans son site merveilleux des monts cantabriques (Espagne). C'est là que Notre Dame du Mont Carmel est venue donner au monde un message de salut, pour notre temps.
 

Bien chers Amis,

    En St LUC, ch. XII - 54: "JÉSUS disait aux foules: "Lorsque vous voyez un nuage se lever au couchant, aussitôt vous dites qu'il va pleuvoir; et c'est ce qui arrive. Et lorsque c'est le vent du sud qui souffle, vous dites qu'il fera très chaud; et cela arrive... L'aspect de la terre et du ciel vous savez le discerner; mais ce Temps où nous sommes, pourquoi ne savez-vous pas en juger?..."

    Dans la situation actuelle de l'Eglise et du monde, ne pourrions-nous pas envoyer ces paroles de JÉSUS à la tête de ceux qui ont fait la guerre aux apparitions et au Message de Notre Dame du Mont Carmel à GARABANDAL?... Ne serait-ce pas bien appliqué? D'accord! Mais, nous avons plus urgent et mieux à faire que de juger ces opposants. Prions pour eux... Et n'hésitons pas à nous appliquer à nous-mêmes ces paroles du Seigneur.

    En effet, les signes prodigieux que Dieu nous a prodigués pendant des années, à GARABANDAL, pour nous manifester son amour et nous convertir, qu'en avons-nous fait?... Si nous avons accueilli comme vrai et surnaturel le grand Message de salut de Notre Dame, qu'en avons-nous fait?... Et la consigne donnée et sans cesse répétée par les voyantes de GARABANDAL d'accomplir et de diffuser ce Message!... qu'en avons-nous fait?... Si nous sommes sincères par devant Dieu, je crois que nous n'avons pas à être très fiers de nous. Chacun et tous ensemble, reconnaissons-le: nous aurions dû faire beaucoup mieux.

    Ce sont bien les signes de notre Temps, qui nous imposent un tel examen de conscience. Dans le "courrier du Message" de déc. 1990, j'écrivais à propos de ce qui commençait à l'EST: "n'est-ce pas le prélude des grands événements annoncés par la Vierge Marie, à FATIMA et à GARABANDAL? Aujourd'hui, devant la situation au Moyen-Orient, j'oserais avancer que nous ne sommes plus au prélude mais bien au commencement des grands événements liés à la partie prophétique de GARABANDAL.

    Autrement dit: nous sommes, à mon avis, tout proches de l'Heure de vérité. N'est-ce pas le moment ou jamais de raviver notre connaissance du Message de salut de Notre Dame du Carmel, de nous en imprégner, de l'accomplir et de le diffuser avec une ferveur décuplée, un courage à toute épreuve, une confiance inébranlable, la main dans la main de la Sainte Vierge Marie, notre Mère? Demain... ce sera trop tard.

    Puissent les pages de ce Courrier exceptionnel vous y aider avec la grâce divine et la prière de Notre Dame du Mont Carmel!

    Avec ma profonde affection et ma bénédiction.

Le Père COMBE A.

    SAN SEBASTIAN DE GARABANDAL?... Où est situé ce village ?... Dans les montagnes cantabriques du nord de l'Espagne, au sud-ouest de SANTANDER, la capitale et la ville épiscopale de la région. Un paysage délicieux : quel enchantement, quelle pureté de l'air ! On y baigne dans un climat de solitude, de sérénité et de beauté qu'un romancier aurait du mal à imaginer plus propice pour un événement religieux de la plus grande portée.

    On y parvient enfin, après la traversée de COSIO, par une route sinueuse taillée à flanc de montagne. Regardez là-haut sur la pente dénudée ce bosquet de neuf pins, qui se détache comme une gerbe de verdure. Trois cents mètres environ, en dessous, le petit village. Quelque quatre-vingts maisons rustiques en pierre taillée, sur une étroite plate-forme qui surplombe un profond ravin, où coulent les eaux pures d'un "rio". Telle est la scène où se déroula "la magnifique Histoire de GARABANDAL".

LE 18 JUIN 196l...

    C'est dimanche. Au bas de la "Calleja", - un chemin de rocaille qui mène du village au bosquet des pins -jouaient quatre fillettes. Il est 8 h 30 du soir. Soudain elles entendirent comme un roulement de tonnerre ; puis un ange lumineux apparut d'abord à Conchita, et aussitôt après à Mari-Loli, Jacinta et Mari-Cruz. L'ange ne leur dit rien et disparut peu après. Il reviendra ainsi une dizaine de fois, jusqu'au samedi 1er juillet. Ce jour-là, l'ange leur parla pour la première fois. "Savez-vous pourquoi je suis venu ? C'est pour vous annoncer que demain dimanche, la Vierge Marie vous apparaîtra sous le vocable de Notre Dame du Carmel". Qui était cet Ange ? Il révélera bientôt son identité aux fillettes. C'était l'Archange St Michel. Sa mission, jusqu'ici, était de préparer ces enfants à la venue de Notre Dame. Il sera aussi plus tard son Messager et surtout le ministre extraordinaire de l'Eucharistie pour apporter la sainte Communion aux Voyantes.

LA VENUE DE NOTRE DAME

    Ce dimanche 2 juillet 1961 (jour marqué dans le calendrier d'alors par la Fête de la Visitation) Notre Dame du Mont Carmel apparut à nos quatre petites montagnardes, vers 18 h. Qu'Elle était belle !... Robe blanche, manteau d'un bleu spécial, un diadème orné d'étoiles d'or étincelantes derrière la tête, les cheveux châtain foncé avec la raie au milieu. Le visage était d'une beauté harmonieuse parfaite. Sa voix était incomparable. Au poignet droit pendait un long scapulaire brun. Elle était plutôt grande et paraissait avoir dix-huit ans... 'Aucune femme ne lui ressemble, ni dans la voix, ni dans le visage, ni en rien".

    La Sainte Vierge Marie apparut très souvent à ces petites, presque tous les jours au début. Assez souvent Elle venait portant l'Enfant Jésus sur son bras.

UNE MÈRE AVEC SES ENFANTS

    Les quatre petites filles s'entretenaient avec la Sainte Vierge en toute simplicité. Elles Lui parlaient de leur vie de chaque jour, de leur travail aux champs, du soleil qui les brunissait, etc... Notre Dame se délectait à les entendre. Tout était d'une spontanéité charmante et confiante. Dans son "JOURNAL", Conchita mentionne que l'Ange et Notre Dame souriaient et riaient souvent à leurs remarques enfantines. Elle note aussi que la Vierge Marie les embrassait parfois. En plusieurs apparitions Marie venait en portant l'Enfant Jésus et leur permit quelques fois de le prendre dans leurs bras. Une fois, Notre Dame prit son diadème qui brillait de ses petites étoiles d'or et permit aux enfants de le prendre en mains. "Si vous ne devenez comme de petits enfants..."

LE PREMIER MESSAGE FORMEL

    Le 4 juillet 1961, Notre Dame donna aux enfants ce qui fut connu par la suite comme le "premier Message de Garabandal". La Vierge Marie leur dit de ne le publier que le 18 octobre. Ce jour est la fête de St Luc, l'évan-géliste de l'enfance de Jésus, de la tendresse et de la miséricorde de Dieu. Ne pourrions-nous pas percevoir ici l'harmonie profonde de toute "L'histoire de Garabandal" avec l'évangile de St LUC ? Et ce 18 octobre 1961, les petites publièrent pour le monde ce premier Message de Notre Dame :
 
"Nous devons faire beaucoup de sacrifices, faire beaucoup pénitence et visiter fréquemment le Saint Sacrement. Mais, avant tout, nous devons mener une vie bonne. Si nous ne le faisons pas, il nous viendra un châtiment. La coupe se remplit et si nous ne changeont, un très grand châtiment nous viendra".

LE DEUXIÈME MESSAGE FORMEL

    II fut donné quatre ans plus tard, vers la fin des apparitions. La Sainte Vierge dit à Conchita le 1er janvier 1965 que l'Archange Saint Michel lui apparaîtrait le 18 juin, qu'il lui donnerait alors un Message en son nom. Voici ce Message :
 
"Comme on n'a pas accompli mon message du 18 octobre, je vous avise que celui-ci est le dernier. Auparavant, la coupe se remplissait ; maintenant, elle déborde. Beaucoup de cardinaux, d'évêques et de prêtres vont par le chemin de la perdition et entraînent avec eux beaucoup d'âmes.On donne de moins en moins d'importance à l'Eucharistie. Nous devons éviter par nos efforts la colère de Dieu sur nous. Si vous lui demandez sincèrement pardon, II vous pardonnera. Moi, votre Mère, par l'intercession de l'Archange Saint Michel, je vous demande de vous amender. Vous voici aux temps des derniers avertissements. Je vous aime beaucoup et je ne veux pas votre condamnation. Priez-nous sincèrement et nous vous exaucerons. Il faut vous sacrifier plus. Pensez à la Passion de JÉSUS".


LES MESSAGES PRIVÉS

    Beaucoup d'autres messages, mais de caractère privé furent donnés par la Vierge Marie. Certains étaient faits de paroles éclairantes ou réconfortantes destinées à des personnes montées au village avec tel ou tel problème, telle ou telle épreuve. D'autres messages révélaient les pensées ou les actes cachés des visiteurs, parmi lesquels se trouvaient parfois des prêtres sceptiques. Le 19 mars 1964, la Vierge Marie dit à Conchita que le grand apôtre de Garabandal JOEY Lomangino, aveugle, recouvrera la vue, le jour où Dieu fera le grand Miracle à GARABANDAL.

LE MIRACLE DE L'HOSTIE VISIBLE

    Assez tôt après les premières apparitions, les enfants demandèrent avec insistance à la Sainte Vierge et à l'Archange de donner un miracle pour que les gens croient... Le Seigneur en fit un que Conchita appela "un milagrucu" diminutif propre à la région de Santander et qui signifie un mini-miracle. Une hostie visible apparut soudain et inexplicablement sur la langue de Conchita, à 1 h 40 du matin, le 18 juillet 1962. Il avait été annoncé à l'avance par Conchita. Beaucoup de personnes étaient présentes et furent témoins. Un homme qui se tenait tout contre l'enfant put filmer l'événement à la lueur de lampes de poche. Ce Miracle de l'hostie visible fut accompli pour confirmer l'authenticité des apparitions de GARABANDAL. Toutefois, la plus grande preuve sera le "très grand" Miracle pour le monde, dont parle Conchita dans son Journal.

LE GRAND MIRACLE A VENIR

Conchita seule en a été pleinement informée. Elle en parle dans son "Journal" si bien commenté par le P. Pelletier (c'est le livre essentiel sur Garabandal). "La Sainte Vierge, dit-elle, m'a défendu de dire en quoi il consistera. Je ne peux pas non plus en annoncer la date, sinon huit jours avant. Ce que je peux révéler, c'est qu'il coïncidera avec un événement (heureux, savons-nous) dans l'Eglise et avec la fête d'un saint martyr de l'Eucharistie; qu'il aura lieu un jeudi soir, à 20 h 30; qu'il sera visible pour tous ceux qui seront dans le village et dans les montagnes à l'entour; que les malades guériront et que les incrédules croiront. Ce sera le plus grand Miracle que JÉSUS aura fait pour le monde. Il n'y aura pas le moindre doute qu'il vient de Dieu et qu'il est fait pour le bien de l'humanité. Un signe du Miracle - un senal del milagro - demeurera aux pins pour toujours, - para siempre -, on pourra le filmer et le téléviser".

    Mais avant l'annonce du grand Miracle, il y aura l'Aviso. Ce terme espagnol est difficile à traduire. Il faut le comprendre comme un Avis pour nous rendre avisés... Il sera pour le monde entier en vue du grand Miracle.

L'AVERTISSEMENT (AVISO)

    Dans une lettre du 2 juin 1965, Conchita écrivit: "Le 1er janvier, la Sainte Vierge m'a dit que l'Avertissement serait accordé avant le Miracle, afin que le monde puisse s'amender. L'Avertissement, comme le Châtiment lui aussi annoncé, est quelque chose de très redoutable pour les bons comme pour les méchants. Il rapprochera les bons de Dieu et il avertira les méchants que nous approchons de la fin d'un temps et que ces avertissements sont les derniers. Il y aurait plus à dire, mais ne peut l'être dans une lettre. Personne ne peut l'empêcher d'arriver. Il est certain; mais je ne connais rien de sa date ni du jour".

    Dans une apparition à Mari-Loli, l'année de cet Avertissement lui fut révélée; mais elle se sent obligée de ne pas la divulguer.

LE CHÂTIMENT

    En juillet 1962, Notre Dame montra à Conchita, Mari-Loli et Jacinta, une vision du châtiment conditionnel. Les voyantes crièrent de terreur à cette vision et demandèrent à la Vierge que soient épargnés les petits enfants. Elle leur dit qu'il serait conditionné par l'accueil que l'humanité ferait aux Messages donnés au cours de ses apparitions.

    Le châtiment n'est mentionné que brièvement par Conchita dans son "Journal". Dans une note donnée à Francisco Sanchez Ventura, elle en parle ainsi. "Le Châtiment est conditionnel: il dépend de si oui ou non l'humanité reçoit les Messages de la Vierge et le Miracle. S'il devait arriver, je sais en quoi il consisterait, car la Sainte Vierge m'en a parlé; mais il ne m'est pas permis de le dire. De plus, j'ai vu le châtiment. Je peux vous assurer que s'il arrive, ce sera pire que d'être enveloppé de feu. Je ne sais pas combien de temps s'écoulera entre le Miracle et le Châtiment".

DES PRODIGES INEXPLICABLES

    Beaucoup d'autres prodiges ont été observés pour lesquels on ne trouve pas d'explication. Pris dans leur ensemble et compte tenu qu'ils sont en rapport étroit avec ces visions ou apparitions, ils forment en faveur d'elles un puissant indice d'authenticité. Ne citons que quelquesuns de ces faits inhabituels: les trois appels ou "llamadas", qui précédaient et annonçaient la venue de Notre Dame ou de l'Ange; les marches extatiques, les oscillations et les chutes, le poids surprenant des enfants en extase pour les assistants qui ont essayé de les soulever, et au contraire leur légèreté extrême pour se soulever l'une l'autre afin d'échanger un baiser avec la sainte Vierge, leur connaissance inexplicable de ce qu'avaient fait ou pensaient des gens tout à fait inconnus d'elles, la façon stupéfiante de redonner des objets baisés par la sainte Vierge, chacun à leur propriétaire pendant les apparitions, de jour comme de nuit, et malgré parfois les astuces de certains qui tentaient de les jouer. Tels sont quelques-uns des phénomènes vécus, contrôlés et inexplicables de GARABANDAL.

GARABANDAL... C'EST UNIQUE

    Dans l'histoire des apparitions mariales, GARABANDAL est unique pour bien des raisons:

    1) Le Message de Notre Dame du Mont Carmel à GARABANDAL coïncide avec le Concile Vatican II et s'adresse comme lui à notre monde actuel. La Sainte Vierge Marie disait lors de sa dernière apparition à Conchita, le 13 novembre 1965, aux pins: "Conchita, je ne viens pas seulement pour toi; je viens pour tous mes enfants"... Tout le Message de Notre Dame est donc bien pour notre temps; un message de salut, qui nous aide à comprendre mieux l'appel pathétique du Pape JEAN-PAUL II, interprète suprême du Concile, à tous les chrétiens, prêtres ou laïcs, pour une nouvelle évangélisation.

    2) La totalité de cette belle Histoire de GARABANDAL, c'est-à-dire tout ce que la Sainte Vierge Marie a dit et fait pendant plus de quatre ans avec ses quatre voyantes constitue la plus belle catéchèse totale et la meilleure pédagogie et éducation que l'on puisse souhaiter pour des jeunes: un vrai modèle à suivre, en notre temps si perturbé par tant de théories et de projets éducatifs.

    3) Le nombre des apparitions est tout à fait extraordinaire. Il se situe autour de 2 000.

    4) Aux apparitions et aux messages s'ajoutent les locutions (ou paroles intérieures).

    5) La durée couverte par ces apparitions (18 juin 1961-13 novembre 1965) et par les locutions (19 juin 1961-13 février 1966) est remarquable.

    6) Impressionnant aussi l'ensemble des événements annoncés pour notre Temps: l'Avertissement, le Grand Miracle, le Signe permanent aux pins, le Châtiment conditionnel, la crise sacerdotale, la confusion au sein de l'Eglise et une certaine diminution du sens de la grandeur de l'Eucharistie; sans compter ce que la Vierge a révélé aux petites sur les graves événements dans le monde actuel.

    7) Remarquons aussi la variété des lieux et des heures où se déroulèrent ces apparitions: dans l'église, devant la porte de celle-ci ou sous le porche, dans toutes les maisons et toutes les rues du village, aux pins, au cimetière, aux champs - à toute heure du jour ou de la nuit.

    8) Quant à l'abondance des signes venant soutenir les messages, tels le miracle de l'Hostie visible, les "llamadas" ou appels intérieurs, les marches ou danses ou chutes extatiques, n'est-ce pas aussi extraordinaire?

    9) Et que dire des nombreuses épreuves des voyantes, des multiples difficultés ou oppositions qui ont accompagné presque continuellement les événements?

    10) Notoire aussi la façon dont GARABANDAL a été de plus en plus connu et accepté dans le monde entier; et cela en dépit de toutes sortes d'obstacles.

    11) Enfin - et cela est en un sens le plus important -la diffusion du Message a été partout accompagnée de surprenantes explosions de grâces de toutes sortes: conversions, guérisons, immenses progrès dans l'amour de Dieu et du prochain, de la Sainte Eucharistie et de la Sainte Vierge, chez ceux qui diffusent ce message de salut aussi bien que chez ceux qui le reçoivent, les vocations sacerdotales ou religieuses, etc...Ces fruits spirituels parlent d'eux-mêmes.
 

ATTENTION ! UNE PAGE LOURDE DE SENS...

    Lorsqu'on demanda à Lucie de FATIMA pourquoi elle n'avait pas révélé plus tôt la partie prophétique du Message de Notre Dame, elle répondit qu'elle n'avait pas reçu la mission de prophétesse, mais celle de dire au monde la partie la plus importante du Message : la nécessité de la prière et de la pénitence pour la conversion des pécheurs et l'expiation des péchés du monde.

    Nous ne trouvons pas la même attitude - et c'est heureux - chez les quatre filles de GARABANDAL. Elles n'ont cessé depuis le début de nous proclamer tant la partie spirituelle et exhortative du Message que sa partie prophétique. Mais, ne nous trompons pas : toujours elles nous ont dit et redit avec force que le principal et le plus urgent c'est d'accomplir et de diffuser la première partie, le Message de salut pour notre Temps.

    Une telle insistance des voyantes de GARABANDAL doit être perçue comme l'écho fidèle des consignes de Notre Dame du Mont Carmel. Et donc, tel doit être le cap à garder pour tout apôtre de Garabandal : avant tout, le message spirituel si exhortatif de Notre Dame.

    Ceci dit bien entendu, il n'est pas question pour autant de passer sous silence la partie prophétique de l'Avertissement et du Grand Miracle. Le Message de Notre Dame est un tout homogène qu'il ne faut pas mutiler.

    Passons donc aux précisions que nous ont données les voyantes de GARABANDAL sur ces deux signes surnaturels à venir. Elles nous ont dit souvent qu'ils surviendront en un temps très perturbé... La situation actuelle est devenue si explosive qu'elle m'incite, après réflexion, à vous rappeler. Chers Amis, dans les pages suivantes les précisions essentielles que nous ont confiées là-dessus Conchita, Mari-Loli et Jacinta.

    Que l'Esprit Saint vous éclaire dans cette lecture et vous remplisse de courage et de zèle pour accomplir le Message de Notre Dame et intensifier plus que jamais sa diffusion autour de vous.

    Chers Amis lecteurs, je reste bien uni à chacun de vous dans la prière.

Père COMBE A.